Rechercher
Close this search box.
Myalgic Encephalomyelitis / Chronic Fatigue Syndrome (ME / CFS) Post Treatment Lyme Disease Syndrome (PTLDS), Fibromyalgia Leading Research. Delivering Hope.Open Medicine Foundation® Canada

Exclusif : le Dr David Systrom discute de l’essai clinique LIFT d’OMF

Aujourd’hui, le Dr David Systrom nous parle du premier essai clinique de l’OMF appelé The Life Improvement Trial (LIFT), l’essai pour améliorer la vie.

Qu’est-ce que le LIFT ? 

Mené sous la direction de David Systrom, MD, directeur de la collaboration de l’OMF à Harvard et de Jonas
Bergquist, MD, PhD, médecin en chef de l’OMF et directeur de la collaboration mise en place à l’Université d’Uppsala, Le LIFT est un essai randomisé en double aveugle contre placebo qui étudiera deux médicaments particuliers : La pyridostigmine (communément appelée Mestinon) et la naltrexone à faible dose (LDN) séparément et en combinaison.

Le Dr Systrom en dit plus sur l’organisation de l’essai, le calendrier prévu, les raisons pour lesquelles il s’agit d’une première étape importante, et plus encore.

 

Regardez la vidéo en cliquant ici.

 

 

OMF : Merci de nous rejoindre aujourd’hui, Dr Systrom ! Pouvez-vous commencer par nous expliquer pourquoi l’équipe de recherche de l’Open Medicine Foundation (OMF) a choisi la naltrexone à faible dose (LDN) et le Mestinon comme médicaments à étudier dans le cadre du premier essai clinique de l’OMF ?

Bien sûr. Je pense que nous tous, à l’OMF et ailleurs, sommes d’accord pour dire que ce qui est vraiment
nécessaire dans le domaine de l’EM/SFC, c’est un essai clinique randomisé de durée appropriée, bien fait et bien alimenté – ce qui signifie qu’il y a suffisamment de patients. Il n’existe rien de tel pour cette maladie. Il y a eu
une étude sur le Rituximab en Scandinavie il y a quelque temps, dont les résultats ont été négatifs, mais il n’y a vraiment rien de tel. Ce qui a motivé l’inclusion de ces médicaments particuliers dans ce premier essai, ce sont nos
années d’expérience clinique et ce que nous disent nos patients dans nos services.

Ainsi, je vois probablement 10 à 15 nouveaux patients atteints d’EM/SFC, et d’ailleurs, de COVID longue, et du
chevauchement des deux, chaque semaine dans mon service. Au cours de l’année et demie écoulée, nous avons entendu, par le biais de preuves anecdotiques et de nombreux récits de patients, que ces deux médicaments étaient utiles. Dans ma
pratique clinique, et celle de beaucoup d’autres de mes collègues, nous donnons souvent les deux médicaments. Nous les échelonnons un peu, mais nous ne savons  pas si la combinaison a quelque chose de spécial ou si chacun d’entre eux est
vraiment utile par rapport à un placebo dans un essai bien mené.

De manière très similaire, nous voulons connaître les effets secondaires, correctement effectués, contrôlés par des questionnaires bien validés et avec des résultats physiologiques. J’y reviendrai, mais ces deux médicaments se sont révélés très prometteurs en clinique. Nos collègues qui traitent l’EM/SFC, qui traitent également la COVID longue, et le chevauchement, nous ont dit qu’ils étaient utiles, et nous avons pensé qu’ils devaient être les premiers à être testés.

 

Pouvez-vous nous expliquer comment l’essai est organisé ? Combien y a-t-il de participants, quelle est la durée de l’essai et quand les résultats sont-ils attendus ?

Bien sûr. Nous espérons donc – je dois commencer par dire que l’une des choses merveilleuses dans le travail avec l’OMF, mais aussi avec cette population de patients, c’est qu’ils semblent tous défendre l’idée d’une recherche appropriée. Tous nos patients ont été, comme nous, frustrés par des diagnostics inadéquats et par le fait que l’on ne se rend pas compte qu’il s’agit d’une véritable maladie.

C’est pourquoi nos patients se portent volontaires en masse. Ils abordent souvent la question dans le service, sans y avoir été invités : « Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour nous porter volontaires et participer aux études de recherche que vous pourriez avoir ? » C’est incroyable.

Le plan est donc motivé en partie par les statistiques, ce qui signifie que nous devons alimenter correctement une étude pour détecter des changements cliniquement pertinents dans leurs symptômes ou dans l’un des résultats physiologiques ou biomarqueurs que nousallons mesurer. Nousallons étudier 40 patients sous Mestinon, 40 patients sous naltrexone à faible
dose (LDN) – 40 avec une combinaison, et 40 avec un placebo. 
Nos statisticiens nous disent qu’il s’agit d’une étude suffisamment importante pour détecter les changements et ne pas les rater, car si l’étude est trop petite, on peut passer à côté des changements réels, ce que nous ne voulons surtout pas faire.

Les patients participeront à l’essai pendant trois mois. Nous ne saurons pas ce qu’ils reçoivent ; il s’agit d’un essai en double aveugle, contre placebo. Seule la pharmacie du Brigham and Women’s Hospital sait ce que les patients reçoivent, et elle ne brisera ce code qu’à la toute fin de l’étude. Nous prévoyons que l’étude prendra probablement deux ans pour 160 patients, trois mois chacun, à deux moments importants – au début et à la fin de l’étude. Nous espérons que ce sera plus rapide que cela, mais nous verrons. Je ne pense pas que le nombre d’inscriptions soit limitatif. Voilà donc nos espoirs.

 

Nous comprenons donc que des échantillons biologiques sont prélevés avant et après le traitement et qu’ils seront ensuite étudiés. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela est important ?

C’est une très bonne question. En ce qui concerne l’EM/SFC, nous sommes tous très intéressés par tout biomarqueur
susceptible d’identifier de manière fiable les patients atteints d’EM/SFC et de les différencier soit d’autres maladies, soit de personnes en bonne santé. Si nous disposions d’un simple test sanguin que n’importe quel médecin pourrait effectuer dans son cabinet, cela aurait un réel effet de levier sur l’ensemble du domaine. Nous serions alors en mesure d’identifier les patients non
seulement sur la base de questions et du cadre clinique, mais aussi sur la base d’un biomarqueur. Cela sous-tend tout cela, mais la raison pour laquelle il est important d’inclure les biomarqueurs est que nous pourrions être en mesure d’identifier des sous-types de maladies. Il peut y avoir des sous-catégories de maladies qui sont identifiées par les biomarqueurs et qui peuvent conduire au Saint Graal dans ce domaine, à savoir la médecine de précision.

Nous espérons donc qu’en fin de compte, un patient atteint d’EM/SFC pourra se rendre dans un cabinet médical, subir une analyse de sang ou d’urine ou tout autre biomarqueur, identifier le sous-type de maladie dont il pourrait être atteint et le médicament qui lui serait utile, car à l’heure actuelle, la plupart de ces traitements sont empiriques. D’une manière générale, nous pensons que ces deux médicaments (LDN et Mestinon) sont prometteurs, seuls ou en combinaison, et je pense que nous le découvrirons à l’issue de l’essai. Mais nous pourrions aussi être en mesure d’identifier d’emblée, sur la base d’un biomarqueur, les personnes qui répondront à l’un ou l’autre ou à la combinaison. Et cela sera également valable pour les futurs essais cliniques.

Curieusement, les résultats du traitement nous renseignent tous sur la pathogenèse de la maladie. Ainsi, si un médicament comme le Mestinon, dont on pense qu’il agit principalement sur le système nerveux autonome, fonctionne dans un sous-ensemble de patients que nous identifions avec le biomarqueur X, nous économisons beaucoup de temps et d’argent en matière de soins de santé en les identifiant d’emblée et en leur donnant ce médicament dès le départ. Nous savons alors rétrospectivement que c’est bien la voie qui contribuait à leurs symptômes, car ceux-ci ont disparu lorsque nous leur avons administré le médicament adéquat. Il en va de même pour la naltrexone à faible dose (LDN).

 

Avez-vous envisagé avec l’équipe de recherche de l’OMF les essais thérapeutiques que vous pourriez entreprendre après le LIFT ?

Je pense qu’il est important de mener à bien cette première étude, de réaliser un essai statistiquement fiable et d’obtenir des réponses. Il y a ensuite toute une liste d’autres médicaments prometteurs, comme la naltrexone à faible dose et bien d’autres. Bien que ces médicaments soient prometteurs, les rapports anecdotiques ne constituent pas une science à proprement parler, c’est pourquoi nous voulons le prouver.

Le comité directeur de l’OMF a dressé une liste provisoire d’essais futurs, et je suis sûr qu’elle continuera d’être mise à jour au fil du temps, et que nous la voterons à plusieurs reprises. Je pense que nous devons d’abord mener à bien cette étude, et ensuite,
oui, nous nous attaquerons à la suivante.

 

Peut-on s’attendre à ce que l’association du Mestinon et de la LDN améliore les malaises post-effort ?

C’est en tout cas ce que nous espérons, et c’est ce que nous avons entendu de manière anecdotique avec les deux médicaments, seuls ou en combinaison. Vous savez, il s’agit d’un peu de conjectures, mais nous espérons le prouver avec certains biomarqueurs et les résultats de l’étude clinique.

La plupart d’entre nous dans ce domaine pensent que le malaise post-effort a une composante inflammatoire. Les patients nous disent que lorsqu’ils en font trop, que ce soit sur le plan physique, cognitif ou émotionnel, ils en paient le prix un ou deux jours plus tard. Ils ont l’impression d’avoir la grippe. Or, ce que nous savons de la grippe dans de nombreuses infections, des infections aiguës, c’est que le malaise ressenti par les patients est étroitement lié à l’inflammation systémique.

Ces deux médicaments pourraient potentiellement réduire l’inflammation et aider à soulager les malaises post-effort. Le Mestinon agit sur le système nerveux parasympathique, qui contribue naturellement à réduire l’inflammation. Nous avons constaté des effets immédiats sur le système nerveux dans une petite étude de recherche et nous pensons qu’avec une utilisation à long terme, le médicament pourrait contribuer à réduire l’inflammation.

La naltrexone à faible dose est également connue pour être anti-inflammatoire ; elle freine le récepteur Toll-like et une voie immunitaire sans immunosuppression du patient. Ces deux médicaments promettent donc d’être anti-inflammatoires et donc, je pense, et d’après les anecdotes et les récits des patients, de bien servir les malaises post-effort.

 

Si quelqu’un prend du Mestinon avec succès, quels sont les symptômes qu’il soulage ?

Il s’agit d’une maladie hétérogène. J’ai entendu des patients déclarer qu’ils allaient mieux avec tous les symptômes classiques liés à l’EM/SFC. J’ai donc reçu des commentaires de patients indiquant que la fatigue et le MPE sont atténués, que le brouillard
cérébral est amélioré, que l’intolérance orthostatique est réduite et que la douleur liée à un forme de fibromyalgie est soulagée. Mais nous espérons à nouveau identifier les personnes qui pourraient bénéficier le plus de ces médicaments en fonction de leurs symptômes individuels.

 

Et pour ceux qui prennent de la naltrexone à faible dose avec succès, quels symptômes cela soulage-t-il
lorsque l’on considère ce médicament de manière isolée ?

La réponse est donc la même. J’ai entendu dire que tous les symptômes liés à l’EM/SFC, selon les critères canadiens par exemple, s’amélioraient sous l’effet d’une faible dose de naltrexone. Et oui, l’idée serait de déterminer si c’est le cas partout ou si
ce sont des patients individuels qui réagissent, et quel biomarqueur nous pouvons mettre en corrélation avec cela.

 

Le but ultime de l’essai est-il de démontrer l’efficacité de ces traitements et de les rendre ainsi plus largement accessibles aux patients dans les cabinets médicaux du monde entier ?

Nous ne sommes pas les fabricants et nous ne contrôlons pas l’étiquetage des médicaments, mais d’après mon expérience en pratique clinique, je crois que les fournisseurs de soins de santé qui apprennent que nous avons réussi à traiter des patients atteints d’EM/SFC au moyen de ces deux médicaments sont réceptifs à l’idée d’un accès dérogatoire. Notre objectif est d’aller plus loin en menant un essai randomisé contre placebo bien conçu, dont les résultats seront publiés dans une revue médicale largement lue par ceux qui s’intéressent à l’EM/SFC. Il s’agit d’un moyen courant pour les médecins, qu’ils soient en formation ou dans le cadre de leur formation continue, de s’informer sur les nouveaux traitements. En fin de compte, notre objectif est d’influencer la pratique médicale dans ce domaine.

 

C’est excellent. Merci beaucoup d’avoir pris le temps aujourd’hui d’en dire plus sur l’essai et sur les raisons pour lesquelles il représente un avenir important pour l’OMF. Nous allons vous laisser retourner aux soins des patients, car nous savons que vous êtes toujours très occupé !

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir.  Et pour votre information, je me rends dans mon service pour voir une patiente atteinte d’EM/SFC, et il est fort probable que nous lui proposions cet essai !

 

C’est merveilleux à entendre. Vous êtes vraiment un ambassadeur de notre communauté, et nous apprécions véritablment d’avoir quelqu’un comme vous à nos côtés.

 


 

N’oubliez pas que c’est MAINTENANT que vous pouvez tripler votre impact sur notre mission. Votre don sera TRIPLÉ et
soutiendra l’avenir prometteur de l’OMF en matière d’essais cliniques.

 

 

 


 

StudyMe logo

Inscrivez-vous au registre StudyME de l’OMF pour être alerté lorsque des chercheurs recrutent pour des essais cliniques.

Que les opportunités se présentent près de chez vous ou soient disponibles virtuellement, nous vous alerterons directement par e-mail lorsque les chercheurs auront besoin de votre participation. Rejoignez le StudyME dès aujourd’hui et contribuez aux découvertes de demain ! Vous pouvez vous inscrire de n’importe où dans le monde – cela prend moins de 5 minutes et aucune information médicale personnelle n’est requise.