Recherche sur l'encéphalomyélite myalgique / le syndrome de fatigue chronique (EM / SFC), le syndrome post-traitement de la maladie de Lyme (PTLDS), la fibromyalgie et le syndrome post-COVID .

L'auto-immunité et
les auto-anticorps dans l'EM/SFC

Étudier les différences potentielles dans les niveaux d’autoanticorps des récepteurs adrénergiques et muscariniques dans les échantillons de plasma et de liquide céphalo-rachidien (LCR) entre les patients atteints d’EM/SFC et les témoins sains, examiner pourquoi ces autoanticorps commencent à se manifester dans le processus de la maladie et comment nous pourrions avoir un impact positif sur ce processus avec diverses cibles médicamenteuses et des traitements de régulation immunitaire.

La capacité d’expliquer ces mécanismes sous-jacents pourrait fournir la validation nécessaire pour les traitements spécifiques en cours.

  • Achèvement de l’étude de validation sur la présence d’auto-anticorps dans le plasma de deux cohortes suédoises de patient atteints d’EM/SFC, et publication d’un article.
  • On a observé une augmentation significative des auto-anticorps chez près de 70 % des patients. Une augmentation significative des auto-anticorps dirigés contre les récepteurs adrénergiques et muscariniques a été trouvée dans le plasma des patients atteints d’EM/SFC.
  • Aucun auto-anticorps n’a pu être trouvé dans le liquide céphalorachidien, ce qui est une bonne nouvelle car cela rendrait l’élimination des auto-anticorps très difficile.
  • Des études préliminaires utilisant l’immunoadsorption et/ou la plasmaphérèse pour éliminer les autoanticorps montrent des effets positifs au moins dans une sous-population de patients atteints d’EM/SFC.
  • La collecte de données auprès de la cohorte élargie d’EM et de la cohorte COVID est en cours et devrait être prête pour l’évaluation à l’automne 2023. L’analyse est prevue à Berlin.

L’HYPOTHÈSE ET LA DESCRIPTION DE L’ÉTUDE

Le développement d’anticorps auto-immuns est une observation constante dans l’encéphalite herpétique, l’EM/SFC, la COVID longue et fournit une perspective sur les perturbations neurocognitives, les symptômes périphériques, le POTS, la douleur et d’autres cibles de ces auto-anticorps. On a observé précédemment que les auto-anticorps se liaient davantage aux récepteurs adrénergiques et muscariniques chez les patients atteints d’EM/SFC. On suppose que ces auto-anticorps pourraient faire partie de la pathogenèse de l’EM/SFC et des symptômes des malades.

CONCEPTION DE L’ÉTUDE

Les anticorps attaquent un virus

Le plasma, le LCR et les questionnaires relatifs à la santé ont été recueillis auprès de deux cohortes suédoises d’EM / SFC, le plasma et le LCR provenant d’une des cohortes (n=24), uniquement le plasma pour la deuxième cohorte (n=24) ainsi que des échantillons de plasma (n=24) et de LCR (n=6) provenant de témoins sains.

Tous les échantillons ont été analysés pour les autoanticorps IgG dirigés contre les récepteurs adrénergiques et muscariniques par la technique ELISA. Les questionnaires ont été utilisés pour mesurer la gravité de la maladie.

Cette étude a été publiée dans Brain, Behavior and Immunity – Health