Rechercher
Close this search box.
Myalgic Encephalomyelitis / Chronic Fatigue Syndrome (ME / CFS) Post Treatment Lyme Disease Syndrome (PTLDS), Fibromyalgia Leading Research. Delivering Hope.Open Medicine Foundation® Canada

Précharge défaillante du cœur

HYPOTHÈSE AVANCÉE ET DESCRIPTION

Les tests d’exercices cardiopulmonaires invasifs (TECi) sur les patients atteints de EM / SFC présentent un motif caractéristique de « précharge défaillante » (PCD) qui pourrait être associé au syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP) et / ou au malaise post-exercice (MPE).

Le PCD existe sous deux formes, une à haut débit et l’autre à bas débit. La forme à bas débit peut être causée par une incapacité à réduire le tonus veineux au moment de l’exercice ou par un volume de sang global déjà réduit. Toutefois, cette dernière cause est moins probable, car le PCD persiste même lorsqu’un litre de solution saline est donné juste avant l’étude TECi pour augmenter le volume de sang. De l’autre côté, le PCD à haut débit peut être causé par une dérivation du système artériel-veineux périphérique, un apport en oxygène déficient ou une utilisation déficiente de l’oxygène. Une dernière explication serait que le sang traverse le système capillaire normalement, mais que l’absorption d’oxygène et / ou son utilisation par les mitochondries sont déficients.

CONCEPTION DE L’ÉTUDE

Une illustration colorée du système cardiovasculaire

  1. Évaluer les patients EM/SFC atteints de défaillance de précharge cardiaque, diagnostiquée par un seul test d’effort cardio-pulmonaire invasif (iCPET) ou par un test d’effort cardio-pulmonaire invasif (iCPET) séquentiel, afin de mesurer la capacité vasculaire des gros vaisseaux et le volume sanguin, d’effectuer des tests diagnostiques supplémentaires (c.-à-d., dépistage de l’insuffisance surrénalienne, test de la table basculante, études de conduction nerveuse) et de déterminer la présence d’un shunt périphérique et l’apport en oxygène.
  2. En fonction des résultats obtenus chez le patient, mettre en œuvre des interventions thérapeutiques (c’est-à-dire l’hydratation, l’augmentation de l’apport en sodium, les antagonistes des récepteurs β-adrénergiques, la fludrocortisone, la pyridostigmine et/ou la midodrine), des bas de contention et un entraînement à l’effort surveillé.