Le joueur de football Jack Emmett devient ambassadeur de l'OMF !

L’Open Medicine Foundation (OMF) est ravie de commencer la nouvelle année avec une formidable nouvelle : nous sommes fiers d’accueillir le joueur de football professionnel Jack Emmett en tant que nouvel ambassadeur de l’OMF et de l’OMFCA !

À 27 ans, Jack Emmett a poursuivi une carrière dans le football professionnel en Angleterre.  Après avoir joué pendant huit ans en tant que milieu de terrain pour l’association professionnelle du club de football de Harrogate Town, il a remporté deux victoires pour atteindre la cinquième puis la quatrième division du football anglais pour la première fois dans l’histoire du club.

Emmett a été contraint de mettre un terme à sa carrière impressionnante et prometteuse de footballeur en janvier 2021 après avoir été diagnostiqué comme souffrant d’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC).

En devenant ambassadeur de l’OMF, Jack contribuera à sensibiliser l’opinion publique à cette maladie dévastatrice, à inspirer le soutien et à accroître la reconnaissance des personnes atteintes d’EM/SFC partout dans le monde.

Alors que nous accueillons Jack dans notre équipe, nous avons l’honneur de partager une interview exclusive avec notre nouvel ambassadeur OMF :

Quand êtes-vous tombé malade de l’EM/SFC ? 

J’ai lutté contre la fatigue pendant un certain temps, mais je l’ai simplement attribuée à l’intensité de la pratique du football professionnel. Avec le temps, la fatigue s’est aggravée et j’en suis arrivé au point où je ne me sentais plus capable de jouer. J’ai fini par ne plus réussir à récupérer après l’effort et je me suis retrouvé à dormir pendant une grande partie de la journée.

Ces derniers mois, j’ai passé différents tests et les résultats m’ont annoncé que j’étais en bonne forme, ce qui était frustrant car je savais pertinemment que quelque chose n’allait pas.

Vous avez récemment pris un congé du monde du football. Comment s’est passée cette transition ? A-t-il été difficile d’obtenir le soutien et la compréhension de vos coéquipiers ?  

J’ai eu la chance, en quittant le football, que mes coéquipiers comprennent mon diagnostic. C’est surtout parce qu’ayant joué si longtemps à Harrogate, j’avais une relation étroite avec beaucoup de joueurs. Ils me faisaient confiance et me croyaient quand je leur parlais de ma situation. Dans un environnement sportif professionnel, il est difficile de s’ouvrir à la fatigue, car elle est considérée comme une partie inévitable du travail et quelque chose dont on ne se plaint pas. J’ai essayé de cacher la fatigue pendant un certain temps, en espérant que je pourrais trouver une solution rapide par moi-même.

Au fil du temps, il est devenu de plus en plus évident que j’avais besoin de faire une pause dans le football pour ma santé. Après mon diagnostic, j’ai décidé que faire une pause était la meilleure chose à faire. Il est dommage que la maladie ait pu mettre fin à ma carrière de footballeur professionnel, mais je suis reconnaissant de ce que j’ai pu faire pendant que je jouais.

À quoi ressemble votre quotidien maintenant ?

J’introduis des techniques de relaxation de qualité tout au long de la journée, en particulier la méditation. J’ai toujours trouvé difficile d’avoir une routine avec le football, car nous nous entraînions le matin et jouions des matchs l’après-midi et le soir. Je dormais souvent l’après-midi, donc j’avais du mal à maintenir un rythme stable dans mes journées.

Quelle est la chose que vous aimeriez que le monde comprenne à propos de l’EM/SFC ?

Je n’ai été diagnostiqué que récemment, mais j’en apprends encore sur l’EM/SFC et il est difficile de trouver des informations claires et détaillées sur cette maladie. Il s’agit clairement d’une maladie qui touche de nombreuses personnes ; cependant, c’est quelque chose dont la plupart des gens n’ont jamais entendu parler, et cela semble se refléter dans le manque de recherche médicale.

Qu’est-ce qui vous donne le plus d’espoir pour l’avenir ?  

Depuis que le diagnostic a été posé, plusieurs personnes qui ont souffert de l’EM/SFC m’ont contacté. C’est formidable d’entendre parler des expériences des autres, surtout parce qu’avant d’être diagnostiqué, j’avais l’impression que personne d’autre ne savait ce qui se passait ou n’avait vécu la même chose. Bien que je me sente chanceux de ne pas être aussi gravement affecté par l’EM/SFC que d’autres, cela m’a ouvert les yeux sur l’aspect invalidant de cette maladie. 

J’aimerais que l’on reconnaisse davantage cette maladie. Il est rassurant de constater que des organisations comme l’OMF se consacrent à la recherche d’un traitement et au soutien des personnes qui souffrent. Je suis optimiste et je pense que des jours meilleurs nous attendent.

Nous sommes honorés d’accueillir Jack au sein de l’équipe de l’OMF et nous le remercions sincèrement pour ses efforts de sensibilisation. Sa volonté de faire prendre conscience au public que des millions de personnes souffrent de l’EM/SFC et de maladies chroniques et complexes connexes fait une réelle différence en nous aidant à amplifier notre mission pour mettre fin à l’EM/SFC.